Histoire

Les 7 joyaux historiques cachés de Setouchi

Les 7 joyaux historiques cachés de Setouchi

D'un bout à l'autre, chacune des sept préfectures de la région de Setouchi regorge de paysages côtiers à couper le souffle et d'îles paisibles, abritant des joyaux historiques bien cachés.

Bien souvent, ces attractions passent inaperçues au profit de destinations plus flamboyantes et grandioses qui figurent en tête des guides de voyage au Japon. Cependant, chers voyageurs intrépides, cela joue en votre faveur : vous aurez en effet une expérience bien plus intime avec certains des trésors historiques du Japon, loin des foules nombreuses.

Chaque préfecture possède son propre charme, que ce soit des sources chaudes vieilles de 3000 ans à Ehime, un ancien temple de montagne à Kagawa, ou les canaux bordés de saules qui semblent tout droit sortis de l'époque d'Edo à Okayama. Et ceci n'est qu'un avant-goût de votre périple à la découverte des joyaux cachés à Setouchi.

Si vous recherchez une "liste" des joyaux historiques cachés de chacune de ces préfectures, la voici !

Okuboji : le dernier temple du pèlerinage des 88 temples de Shikoku

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/S3PxW1Yv7IidZzK0UtQAn/7146b739582d5e5db610405c71fbe90b/Okuboji_Temple__009.jpg

Notre première escale dans ce voyage historique pourrait bien être la destination de cette liste aux racines spirituelles les plus anciennes. Le temple Okuboji, situé dans la préfecture de Kagawa, est l'étape finale du pèlerinage des 88 temples de Shikoku (大窪寺), l'un des pèlerinages les plus anciens et les plus respectés du Japon. 

Les pèlerins qui se lancent sur ce chemin épique à pied (ou en voiture, en bus ou à vélo) choisissent souvent le temple Okuboji comme leur ultime étape sacrée, comme en témoigne la collection de bâtons de marche laissés en offrande par les pèlerins, espérant que leur don exauce leurs vœux.

Mais c'est bien l'histoire de ce temple qui le rend plus fascinant encore. Ses origines remontent à 717, lorsque Gyoki, un éminent prêtre bouddhiste, érigea un petit ermitage dans la région montagneuse du mont Nyotai. En 815, le saint prêtre itinérant Kobo Daishi, fondateur d'une des écoles bouddhistes les plus populaires d'aujourd'hui, visita la montagne pour un entraînement religieux dans l'une de ses grottes. Aujourd'hui, les fidèles murmurent l’existence d'un Bouddha Guérisseur, consacré dans un édifice sur cette même montagne par le prêtre.

Peut-être est-ce l'amour inconditionnel du Bouddha Caché qui a motivé le temple Okuboji à ouvrir ses portes à tous les fidèles, y compris les femmes, à une époque où elles n'étaient pas les bienvenues pour prier dans la plupart des 88 temples de Shikoku durant l'époque d'Edo (1603-1868).

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/5B7ZNtqLZ6Fihn83a4Czm9/42bcf190bbe51bbf1d8e96d19935288b/Okuboji_Temple__007.jpg

Pour une visite plus intime du temple, vous pouvez emprunter l'entrée directe depuis le parking, vous menant à une petite salle avec une tonnelle recouverte de glycines et d'énormes sandales de paille suspendues sur les côtés du portail. 

Si vous souhaitez, en revanche, vivre pleinement l'expérience de l’entrée vers le bâtiment principal, dirigez-vous vers la route où se trouvent tous les restaurants, tournez à gauche et montez jusqu'à la porte principale. Fin novembre, le chemin est orné d'une canopée de feuilles d'automne composée d'érables et de ginkgos, rendant l'ascension vers le temple aussi agréable que la visite elle-même. Cependant, la nature est tout aussi luxuriante, riche et spectaculaire durant les autres saisons de l'année.

Dogo Onsen : une des plus anciennes sources chaudes du Japon

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/5qCyPVF2bo1kFQMCoWHvcZ/f3f36bbf13d7778eff2a390498dfdfce/DogoOnsenHonkan_1.jpeg

Les amateurs du roman "Botchan" de Natsume Soseki reconnaîtront Dogo Onsen, dans la préfecture d'Ehime, comme l'un des lieux visités par le protagoniste lors de ses voyages dans l'ouest rural du Japon. Dogo Onsen est également l'une des sources chaudes les plus anciennes du Japon, forte de plus de 3000 ans d'histoire. Son importance historique est particulièrement soulignée par son inscription au patrimoine national en tant que bien d'importance culturelle.

L'élément marquant de Dogo Onsen est son imposant bain thermal, le Dogo Onsen Honkan, une superbe structure en bois préservée au cours des siècles. Des travaux de conservation sont en cours dans certaines parties du Dogo Onsen Honkan depuis 2019, et leur achèvement est prévu pour décembre 2024. Cependant, les bains de Tama-no-Yu sont actuellement ouverts, accueillant les visiteurs dans leurs bains centenaires.

*Avant la fin des travaux, l'ensemble du bâtiment rouvrira le 11 juillet 2024.

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/4mFUA3bbhhUBJQXUYWIqTk/8a8e85b5e8e30a4dad6ae4ab1efad6d5/DogoOnsenHonkan_2.jpeg

Malgré son apparence complexe depuis l'extérieur, les bains intérieurs du Dogo Onsen Honkan sont une ode à la beauté de la simplicité. Les Kami-no-Yu sont de charmantes salles de bains en pierre ornées de peintures sur panneaux en porcelaine de Tobe et équipées de sièges étroits le long du bain pour que vous puissiez vous asseoir tout en admirant les peintures, et même imaginer le personnage principal sarcastique et plein d'esprit de Soseki, Botchan, appréciant le lieu. Ce sont par ailleurs deux divinités de la légende de Dogo Onsen qui se tiennent au centre du bain des femmes, rappelant ainsi la richesse de l’histoire et des traditions entourant ces bains.

Si le bain d'eaux thérapeutiques est sans aucun doute l'attraction principale de Dogo Onsen, les alentours ne manquent pas d'intérêt, on y trouve des boutiques de souvenirs élégantes, des restaurants servant le tai meshi d'Ehime (dorade fraîche sur du riz) et même des salles de dégustation de jus de mandarine mikan. Dogo Onsen a beau être est l'une des destinations les plus connues de cette liste de "joyaux cachés", cela reste clairement un lieu à visiter si vous êtes à Ehime !

Udatsu : le quartier historique de la teinture indigo à Tokushima

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/6Clw3eyW5yqZFJ6K0wprBS/94655dc3d50b9b23cce15e2919005301/__1.png

Bien qu'il soit célèbre pour son indigo d'un "bleu japonais" saisissant, il y a bien plus à découvrir dans le charmant quartier historique d'Udatsu, dans la préfecture de Tokushima.

Les devantures ornées de bannières teintées à l'indigo ne sont que la partie la plus visible visible du riche patrimoine de la région. Pendant près de 800 ans, Tokushima fut un centre de production de teinture indigo, faisant de cette préfecture un lieu prospère et rentable.

Nommés d'après les murs couverts "udatsu", utilisés pour empêcher la propagation du feu vers les maisons voisines, ces bâtiments "Ai-yashiki" servaient à la fois de maisons et de commerces pour les fabricants et marchands d'indigo pendant les périodes d'Edo et de Meiji.

Ces marchands jouaient un rôle crucial dans la production, le traitement et la distribution de “l'indigo Sukimo”, qui était à la base de la teinture indigo pendant l'apogée de la production d'indigo de Tokushima.

Aujourd'hui, les maisons mitoyennes d'Udatsu ont conservé l'apparence qu'elles avaient lorsque la ville était à son pic de prospérité, s'étendant sur la longueur de la "udatsu-no-machinami" (rues d'Udatsu).
Pour une journée parfaite à Udatsu, visitez le studio de teinture indigo Ai Tanuki, où vous pourrez créer votre mouchoir teinté à l'indigo et même déguster des desserts faits à base d’indigo comestible moulu en poudre.

Lors de votre visite du quartier historique, profitez-en pour arpenter les restaurants et les magasins de souvenirs. Entrez dans l'un des cafés cozy d'Udatsu le temps de vous détendre et de savourer les délices locaux tout en vous plongeant dans une ambiance agréablement nostalgique.

Le quartier historique de Kurashiki Bikan : un Japon d'antan le long de canaux bordés de saules

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/T9OlRSCoJHtiQpqYDQq1Y/8b4aa91eded42fdcf5195a4db5eb04ea/20231114-ATF_0242.jpg

Le quartier historique Kurashiki Bikan, situé dans la préfecture d'Okayama, est un autre joyau historique de Shikoku. Entre son architecture traditionnelle magnifiquement préservée, ses canaux étroits et ses rues pavées, le quartier, resté inchangé depuis des siècles, permet aux visiteurs de découvrir une fusion parfaite entre influence occidentale et style japonais.

Pendant l'époque d'Edo, cette région connut une période de prospérité et de croissance, en partie grâce aux canaux qui sont vite devenus une route de transport vitale pour l'une des marchandises les plus importantes du Japon à cette époque : le riz.

Aujourd'hui, plutôt que du riz, ce sont des voyageurs qui sont guidés le long des douces eaux des canaux, par des gondoliers faisant remarquer divers bâtiments historiques et partageant des histoires intéressantes sur les lieux. 

Mis à part l'éventuel moment où vous pourriez avoir à vous baisser sous l'un des élégants ponts en pierre de Kurashiki, vous pourrez observer de manière ininterrompue des entrepôts blancs et autres bâtiments historiques, tandis que vous glissez le long de ces anciennes voies aquatiques.

Les visiteurs à pied peuvent se promener dans les jolies rues pavées, jusqu'aux entrepôts blancs et maisons de marchands aux fenêtres à claire-voie. Entrez dans l'un des restaurants, magasins, cafés et galeries pour véritablement apprécier l'ambiance de ce paysage urbain japonais d'un autre temps.

Si vous restez suffisamment longtemps, lorsque le soleil commence à se coucher et que la foule diminue, vous pourrez alors découvrir un aspect différent du quartier historique de Kurashiki Bikan. À mesure que les boutiques et les restaurants ferment les uns après les autres, l'atmosphère invite à la réflexion silencieuse. Les bateaux, jusqu’alors occupés, se tiennent alors paisiblement le long des rives du canal, vous invitant à capturer leur beauté avec votre appareil photo.

Senkoji : un temple en haut d'une colline à Hiroshima

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/6tJZXkSM3S1xtTO6AnUzsT/67c8618649fba2b04c52171119802987/Senkoji_1.jpeg

Imaginez-vous au sommet du mont Senkoji, dans la ville côtière d'Onomichi, entouré de vues spectaculaires sur le canal d'Onomichi et la mer intérieure de Seto. Vous remarquez alors que vous vous trouvez sur le site d’un ancien temple émergeant entre les cimes des arbres. Vous voici au temple Senkoji, l'un des repères emblématiques d'Onomichi, dans la préfecture de Hiroshima

La salle principale, laquée de rouge vermillon et perchée au sommet du mont Senkoji, tient debout depuis plus de 1 200 ans. La visite du temple, bien qu'exigeante, vous laissera une sensation d'accomplissement. Grimper toutes les marches en pierre depuis la Onomichi Cat Street, passer devant la pagode Tenneiji à trois niveaux, puis serpenter à travers des sentiers tortueux jusqu'au complexe du temple en bord de falaise n'est pas une mince affaire. Mais rassurez-vous, les vues se font de plus en plus belles au fur et à mesure que vous montez, et l'expérience en vaut la peine.

Pendant votre visite, divers plaisirs sensoriels sont à votre portée, tels que l'arôme sucré de l'encens qui s'élève depuis un pot fumant de sable près de l'Omikuji, ou encore la vue d'une cloche géante dominant la ville et la mer à l'extérieur de la salle principale, sans oublier quelques chats se prélassant sur les murs de pierre du temple Senkoji. 

Dans le parc voisin, découvrez le "chemin de la littérature", où se trouvent des monuments en pierre gravés des poèmes de célèbres auteurs japonais, et qui mène à l'observatoire du parc Senkoji, à 140 mètres d'altitude.

Pour ceux qui trouvent l'ascension trop fatigante, le téléphérique Senkoji permet de monter en douceur jusqu'au sommet du mont Senkoji. Lors de l’ascension vers le temple perché sur la colline, il n'est pas rare de croiser d'autres visiteurs portant de lourds appareils photo pour capturer la vue panoramique sur l'océan.

Après avoir profité de cette vue inoubliable, deux options tout aussi tentantes s'offrent à vous : emprunter la télécabine pour une descente pittoresque ou descendre à pied jusqu'à une charmante arcade commerçante regorgeant de boutiques vintage et de petits magasins. Le choix vous appartient !

La cité fortifiée d'Izushi : vestiges du château et nouilles soba

Surnommée la "petite Kyoto de Tajima", la cité fortifiée d'Izushi, dans la préfecture de Hyogo, est un ensemble de structures en bois et de bâtiments qui lui ont valu une place parmi nos "joyaux historiques" du Japon.

Inscrite parmi les "Quartiers nationaux de préservation de bâtiments importants", cette cité fortifiée conserve l'atmosphère nostalgique d'une époque florissante datant d’il y a plus de 400 ans. Parmi les sites remarquables d'Izushi, mentionnons les ruines du château d'Izushi, la tour de l'horloge Shinkoro, l'une des plus anciennes tours de l'horloge japonaises, et Eirakukan, le plus ancien théâtre de kabuki du Kansai.

Les ruines du château d'Izushi permettent une première découverte de la ville. Elles sont situées au bout d'un tunnel de portes-torii sur le flanc d'une petite montagne dominant la ville. Bien que le château d'origine se dressait sur cette colline depuis sa fondation en 1604, seule la tour blanche Sumiyagura (tourelle), reconstruite en 1968, y demeure encore aujourd'hui. Outre cette tour, vous pourrez profiter d'une vue dégagée sur la ville, particulièrement sublime au printemps, lorsque les cerisiers de la colline sont en fleur.

Une visite de la ville pourrait ainsi simplement consister à déambuler dans ses jolies rues historiques, mais il serait dommage de ne pas goûter à l'une des principales spécialités culinaires d'Izushi : les Izushi soba. Ces nouilles de sarrasin moelleuses au léger goût de noix sont un classique en été comme en hiver. À Izushi, cependant, ce sont surtout les soba froids qui sont à l'honneur.

Le centre touristique vend des jetons spéciaux pour les soba, à utiliser dans l'un des nombreux restaurants de soba du coin, chacun vous offrant trois petites assiettes de nouilles artisanales du restaurant. Elles sont servies avec une sauce à base de bouillon dashi, souvent au poisson et au kombu, dans laquelle tremper les nouilles, accompagnées de garnitures comme de l'igname râpée, de la ciboule verte, du wasabi frais, du radis daikon, et de l'œuf.

Il existe une manière spécifique de superposer chaque ingrédient avant de déguster vos soba, mais nous ne gâcherons pas la surprise ici. Venez découvrir ça par vous-même !

Le sanctuaire Hofu Tenmangu : prier pour la réussite académique

//images.ctfassets.net/cynoqtn1y5gl/7GNhcrO6yITKG5zV8UbcKJ/fd0d6f12bcb30f7fe22152d660e24274/20231113-ATF_9964.jpg

Situé dans la préfecture de Yamaguchi, le sanctuaire Hofu Tenmangu occupe une place particulière puisqu'il s'agit du premier sanctuaire shintoïste dédié à Michizane Sugawara, érudit renommé et divinité de l'apprentissage. Il complète notre liste des joyaux historiques cachés de Setouchi. Fondé en 904, ce sanctuaire historique n'est pas simplement un lieu de culte, mais aussi un symbole de quête intellectuelle.

Des visiteurs de tous horizons viennent ici rendre hommage au sanctuaire, en quête de bénédictions leur assurant une réussite académique, qu'il s'agisse d’étudiants priant pour réussir leurs examens d'entrée à l'université ou au lycée, ou de parents pleins d'espoir souhaitant une riche éducation pour leurs enfants.

Pour vous plonger dans l'ambiance authentique du sanctuaire, empruntez l'allée principale qui commence au pied de la colline où se trouvent des boutiques vendant des aliments traditionnels et des souvenirs. En montant l'escalier en pierre, vous pourrez savourer la vue majestueuse du sanctuaire qui se dévoile devant vous. Et n'oubliez pas de jeter un coup d'œil au torii en pierre de 6 mètres de haut, considéré comme le plus ancien de la préfecture de Yamaguchi !

L'une des caractéristiques les plus frappantes du sanctuaire est son jardin japonais où se trouve la reconstruction du bâtiment historique Gyotenro, dans lequel les loyalistes impériaux tenaient des réunions secrètes pendant l'ère Meiji. Vous pouvez désormais déguster une tasse de thé japonais et des friandises tout en profitant de la vue impressionnante sur le jardin, particulièrement coloré durant l'automne. 

Le Shunpuro est un autre lieu à ne pas manquer. Il s'agit d'une structure en bois qui était à l'origine destinée à être la base d'une pagode à cinq étages. Malgré l'abandon du projet par son seigneur, le Shunpuro demeure un magnifique exploit d'architecture, sa structure imposante encadrant parfaitement les vues sur la ville de Hofu et la mer intérieure de Seto. 

Que vous soyez un étudiant se préparant aux examens ou une personne en quête de sagesse, le sanctuaire Hofu Tenmangu offre une ambiance paisible pour la prière, où rendre hommage à Michizane Sugawara et épouser pleinement l'esprit d'apprentissage qui imprègne ce lieu vénéré.

Notre sélection de 7 joyaux historiques cachés met en lumière l'impressionnante richesse de Setouchi. Chaque préfecture de Setouchi possède des lieux uniques qui attendent d’être explorés, que ce soit des temples anciens et des sources chaudes ou des quartiers historiques et des sanctuaires. Chaque site a sa propre histoire à raconter, et nous vous invitons à venir découvrir ces joyaux cachés par vous-même !

DESTINATION LIÉE

Kagawa

C’est une région avec de nombreuses îles, dont Naoshima et Teshima, célèbres en matière d’art. C’est également l’endroit où se trouve le superbe Jardin de Ritsurin. Kagawa est en outre connue pour ses nouilles Sanuki udon, si renommées qu’elles attirent des touristes de tout le Japon. Cette préfecture est même parfois surnommée « la préfecture udon ».